News

Projets de recherche soutenus par l ’ALLM

Catégories : News

L’un des objectifs de l’ALLM est de contribuer au financement de projets de recherche qui améliorent le traitement et/ou la qualité de vie des patients atteints de la mucoviscidose. Nous pensons que nos patients devraient pouvoir bénéficier de ces projets à moyen terme. Par conséquent, nous ne finançons que des projets de recherche dont les résultats sont attendus pour être applicables, ici au Luxembourg, dans les 3 à 5 ans après leur achèvement.

Actuellement, nous avons quatre projets de recherche en cours :

1 Le projet Vitamine K

(The effect of vitamin K supplementation on haemostasis and markers of bone metabolism in children with Cystic Fibrosis)

L’intitulé officiel traduit de l’anglais est le suivant :
« L’effet du supplément de vitamine K sur l’hémostase et les marqueurs du métabolisme osseux chez les enfants atteints de mucoviscidose ».
Il est connu aujourd’hui que la vitamine K a un effet positif sur les patients souffrant de mucoviscidose. La question que le projet de la vitamine K aborde est la détermination des doses qui doivent être appliquées. Le projet Vitamine K est en cours de finalisation et nous inviterons le chercheur principal au Luxembourg pour donner une présentation sur les résultats.


2 Le projet de Nébulisation

(Nebulisation, aerosol droplet size distribution and lung deposition in adult and paediatric patients with Cystic Fibrosis)

L’intitulé officiel traduit de l’anglais est le suivant :
« Nébulisation, distribution d’aérosols de la taille de gouttelettes et dépôt dans le poumon chez les adultes et les enfants atteints de mucoviscidose ».
L’objectif du projet de Nébulisation est de définir quel type de Nébulisation convient le mieux à un patient donné, atteint de mucoviscidose. On peut imaginer qu’un enfant a des besoins en nébulisation différents de ceux d’un adulte. Le bon sens nous dit aussi qu’un patient présentant une fonction pulmonaire de 90% a besoin d’un traitement de nébulisation différent d’un patient présentant une fonction pulmonaire de seulement 50%.


3 Le projet de nébulisation sino-nasale

(Sinu-nasal nebulisation of hypertonic saline (6,0%) in Cystic Fibrosis patients with chronic Rhino sinusitis – a Double-blinded, placebo-controlled, cross-over study)

L’intitulé officiel traduit de l’anglais est le suivant :
« Nébulisation sino-nasale d’un sérum salé hypertonique (6,0%) atteints de mucoviscidose avec sinusite chronique
– en double aveugle contre placebo en cross over. »
De nombreux patients atteints de mucoviscidose souffrent de sinusite chronique et dans de nombreux cas la nébulisation
nasale, avec divers médicaments, est prescrite comme traitement. L’objectif du projet de nébulisation sino-nasale est
d’évaluer l’efficacité de l’inhalation nasale du sérum salé hypertonique.


4 Le projet de condensat de l’air expiré

(Biomarkers in Exhaled Breath Condensate)

L’intitulé officiel traduit de l’anglais est le suivant :
« Bio-marqueurs dans le condensat de l’air expiré ».

Ce projet est particulièrement intéressant pour les patients plus jeunes. Dans le cas d’une infection pulmonaire, il est bien sûr important de savoir quelles bactéries ou microbes sont responsables de l’infection. Sans cette information, un traitement efficace n’est pas possible. La façon la plus courante de le faire est de recueillir les crachats et de les envoyer au laboratoire pour analyse. Cependant, très souvent, il n’est pas possible de recueillir les crachats, en particulier chez les nourrissons et jeunes enfants. Parfois, il est nécessaire de recueillir un échantillon directement dans les poumons. Le moins que l’on puisse dire est que cette méthode invasive n’est pas agréable. En outre, au moment où les crachats sont recueillis, l’infection est en cours depuis un certain temps et des dégâts auraient pu être déjà faits.

Le principe du projet de condensat de l’air expiré est de laisser le patient souffler dans un tube de refroidissement et de recueillir ce condensat. Ce condensat contient certains bio-marqueurs en fonction du type d’infection. Le grand défi est de lier les bio-marqueurs aux bactéries et microbes causant des infections pulmonaires. Nous sommes très enthousiasmés par ce projet car il nous permettra d’identifier les infections du poumon à un stade très précoce et donc de commencer le traitement avant que des dommages (irréparables) du poumon aient eu lieu. La seule chose que le patient doit faire, c’est de respirer à travers un tube pendant une dizaine de minutes. Les premiers essais ont montré qu’une seule pièce d’équipement supplémentaire est nécessaire, surtout pour les patients plus jeunes: un lecteur DVD pour leur permettre de rester assis tranquillement pendant 10 minutes.

Les projets de recherche, comme ceux cités précédemment, coûtent entre 50.000 et 250.000 euros. L’ALLM choisit des projets appropriés avec le plus grand soin afin de s’assurer que les dons que nous recevons sont bien investis. Pour cela, nous coopérons aussi avec nos organisations soeurs en Europe, dont certaines emploient des scientifiques de la recherche médicale. Nous sommes convaincus que ces projets contribueront à améliorer le traitement et la qualité de vie des patients atteints de mucoviscidose
au Luxembourg ainsi qu’à l’étranger.

Auteur :Mike Beckers